"AGIR POUR MIEUX VIVRE A VAL DE REUIL"

La déchéance de la nationalité: NON à l'instaurer dans la constitution!!

11 Février 2016, 01:43am

Publié par Ludovic ZANKER

(DR) LePoint.fr

(DR) LePoint.fr

Depuis des semaines, le gouvernement du Premier ministre Manuel Valls prend en otage toute la classe politique, parce qu'il doit sauver le soldat Hollande. Effectivement, le Président de la République souhaite mettre le vote de la déchéance de la nationalité dans la constitution prochainement au congrès de Versailles.

Mais il y a un réel problème sur le fond, selon le code de la constitution, elle ne peut être mise dans la constitution, d'ailleurs certains sages ou constitutionnalisées mettent en garde le gouvernement, car cela ne peut vraiment se faire.

Je comprends que la gauche veut sauver la face avant les échéances de 2017, de même il en va aussi pour le Président des Républicains Nicolas Sarkozy qui s'est lancé aussi sur ce terrain, qu'il faut impérativement voter la loi sur la déchéance de la nationalité, mais en plus il a insisté qu'elle soit mise dans la constitution, très étrange pour un ancien avocat comme lui qui connait les codes et les lois que cela est infaisable du moins sur le plan constitutionnel.

Cette loi aura pourri les débats politiques, elle aura imposée des divisions au sein de l'assemblée nationale, mais au-delà, quelle image nos politiques peuvent donner aux Français, beaucoup de députés ont déserté l'assemblée nationale sur le 1er article de cette loi. D'ailleurs, les réseaux sociaux s'en donnent à coeur joie!

Pour ma part, c'est une loi pour rien, elle ne servira à rien, c'est juste une perte de temps mais aussi un gadget qui sera oublié. Le Gouvernement a voulu cette loi pour en faire un symbole, le seul problème les Français eux ce qu'ils attendent c'est des actes sur le terrain!

Le Sénat dans un mois révisera cette loi votée à l'assemblée nationale à une courte majorité, soit 317 pour - 199 contre. Cela s'appelle un vote ric-rac, car la gauche qui elle est majoritaire n'a pas suivi les consignes du Premier ministre pour bon nombre d'entre eux.

Je vous le dis nous n'en aurons pas fini d'en entendre parler de cette loi.

LZ