"AGIR POUR MIEUX VIVRE A VAL DE REUIL"

Val de Reuil, la ville de mon enfance!

15 Septembre 2015, 19:10pm

Publié par Ludovic ZANKER

Val de Reuil, la ville de mon enfance!

Qui peut oublier nos merveilleuses années qui couvrent les décennies de 1980 à 2000 ? Elles laissent des souvenirs impérissables ! À cette époque, et je ne m'en cache pas, nous avions un maire formidable, un vrai socialiste, généreux et tourné vers les autres. Je parle bien sûr de Bernard Amsalem.

Il a été dans ma jeunesse une personnalité qui m'a beaucoup touchée, en cohérence avec l'image et la noblesse de ma famille. Je garde le souvenir d'un homme qui s'est investi sans compter pour sa ville. Il a voulu l'embellir à sa manière, lui apporter une touche de gaité. Il a orchestré l'installation des premiers commerçants sur toute la dalle piétonne qui hélas sont répartis pour des raisons liées à l'insécurité et à la montée de la délinquance à laquelle Marc Antoine Jamet a mis un terme dans l'exercice de ces mandatures.

Les actions de Bernard Amsalem sont multiples. Qu'il nous soit permis de souligner sa réelle implication dans la consolidation du tissu associatif de quartier, dans le développement de la dynamique du sport, à commencer par le club de Hand Ball de la commune dont les résultats égalaient celui d'un club en en semi pro à l'époque, et la construction d'un grand stade dédié à l'athlétisme qui porte son nom en sa mémoire.

Je n'oublierai jamais mes années en primaire à l'école les Dominos, du CP au CM2. Mon premier maitre d'école, M.Gohst mais aussi Mme Lehenaff et Mme Paillouse, et pour clôturer cette liste, Michel Dehayes, à la fois mon maître en CM2 et directeur de l'école. En dépit de ses propos déplacés, il en avait de l'autorité ! Un mal pour un bien ! Il laisse l'image d'un homme qui aimait son métier c'est à dire éduquer et transmettre son savoir.

Je me suis approprié de mes racines germaniques grâce au jumelage entre Val de Reuil et Ritterhude, premier voyage en primaire. Ma famille d'accueil avait fait des recherches et je m'en souviens encore. Mes deux tantes habitent toujours les villes de Dresden et de Hambourg et mon oncle réside à Munchen.

Mon passage au collège Pierre Mendés France reste un bon souvenir, car j'y ai retrouvé les miens après une dure séparation et parenthèse en école privée à St Louis sur la ville de Louviers. Je le confesse : je n'ai pas aimé cet établissement, coupé de ma famille tous les midis et obligé de me lever très tôt pour m'y rendre en bus. J'ai néanmoins accepté toutes ses contraintes car j'avais l'amour de mes parents. Ils se reconnaitront dans cette phrase.

Je me souviens de la gentillesse de Mme Datée, la principale à cette époque du Collège PMF, de Jean Jehl, son adjoint et de certains professeurs, Mme Rogeret, Mme Aussourt, ou encore M.Géronimi, Mme Amièle, M. Katim.

Enfin, cette ville je l'ai vu grandir de 1986 à ce début de siècle. Mais, je voudrais rétablir la vérité sur le plan politique. Bernard Amsalem ne porte pas l'entière responsabilité du déficit de la ville. L'Etat s'est désengagé du Val de Reuil sous Giscard. Des chèques ont été signé pour permettre aux infrastructures de voir le jour et aux projets d'éclore même si toutes les parties n'ont pas honoré les promesses de participation financière. Que devez-donc faire Monsieur Amsalem : faire marche arrière et annuler la construction de la dynamique urbaine ? Le Val de Reuil ne serait pas le Val de Reuil d'aujourd'hui à l'essor si prometteur.

En conséquence, je voudrai féliciter les deux maires qui ont géré avec une empreinte personnelle la commune de Val de Reuil.

Je veux remercier Bernard Amsalem, le maire précurseur, dont les deux mandats ont contribué à faire naître une ville cosmopolite avec 70 nationalités et un tissu commercial qui aujourd'hui se renouvelle.

Je veux remercie Marc Antoine Jamet, maire de la croissance, de la prospérité et de la modernité . Aujourd'hui, le Val de Reuil a 40 ans et ne s'est jamais aussi bien porté. C'est une ville attractive qui attire les nouvelles entreprises et de nouveaux habitants. Elle est par la volonté de son maire engagée dans des défis contemporains tels que l'écologie. Souhaitons lui d'être une ville à la pointe.